Site National

Section BEJUNE

Fermer La section

Fermer Programme politique

Fermer Adhésion

Fermer Communiqués

Fermer Elections fédérales

Fermer Initiative Fédérale

Fermer Livre "La nouvelle GauCHe"

Fermer Votations fédérales

Dossiers

Fermer Medias

Fermer Papiers de contribution

Fermer Communiqués

Fermer Pétitions

La gauche combative


POP NE


solidaritéS NE

 
POP JU

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
10 Abonnés
Papiers de contribution - Du chômage à l'aide sociale, la Suisse progresse...
Du chômage à l’aide sociale, la Suisse progresse…
 
Chers-ères ami-e-s,
 
Non seulement les quelques 20'000 personnes expulsées de la caisse de chômage ce 1er avril voient leur situation se précariser encore plus, mais ils ne permettront pas de faire la moindre économie effective, car d’une part il s’agit dans une large proportion d’un «transfert de charges» en passant de la caisse de chômage à l’aide sociale, et d’autre part il y a moins de moyens mis à disposition pour retrouver un travail en étant à l’aide sociale, ce qui implique forcément un taux de réinsertion plus bas, et donc plus de situations qui perdurent dans la précarité et le besoin de soutien.
En 2009, l’écart entre les plus bas et plus hauts salaires s’est encore creusé de plus de 18%, la crise n’est pas la même pour tous. En pleine crise économique, c’est inadmissible, alors qu’un seul % de solidarité prélevé sur tous les salaires annuels dépassant les 170'000 frs suffirait très largement à garantir la pérennité de l’assurance chômage.
Dans de telles circonstances, la gauche gouvernementale doit choisir entre le consensus mou de co-gestionnaire d’un système capitaliste qu’elle dit vouloir démocratiser, avec les résultats que l’on connaît, et la véritable opposition, quitte à envisager de quitter le gouvernement. Ne soyons plus les idiots utiles d’une majorité bourgeoise qui ne nous laissera de toute manière jamais développer un projet de société juste et solidaire, mais choisissons notre camp, soyons très clairs, unis et très fermes, et les reconquêtes sociales pourront enfin s’amorcer.
 
Il ne suffit plus de dire « je ne comprends pas » en regardant le vote des ouvriers qui ne se reconnaissent plus dans une gauche gouvernementale engluée dans le centre mou, il faut agir pour changer ça, tous ensemble. Nous devons nous mobiliser pour secouer très énergiquement et réveiller avec toutes les méthodes jugées utiles les nombreux citoyens qui cèdent aux sirènes de la droite xénophobe. Les plus pauvres d’entre nous et une bonne partie de la classe moyenne sont en colère, et avec raison, et ils expriment cette colère contre eux-mêmes par leur vote inconsidéré pour des partis xénophobes et leur abstention dans les urnes.
Devant la mollesse de la gauche gouvernementale, cette droite nauséabonde a beau jeu pour aller de l’avant. Je vais vous citer rapidement l’essentiel de son programme politique  pour notre pays, mélange bucolique d’ouverture et de joie de vivre, de perspectives de changement positif, de solidarité, d’écologie et de pragmatisme et de projets concrets et constructifs :
 
-       Le programme du MCG : Stigmatiser les vilains frontaliers, sans qui l’économie et l’industrie genevoise serait tout simplement morte, pour faire croire aux ouvriers et aux chômeurs genevois que ces derniers sont la source unique de tous leurs problèmes. Proposer une balle entre les deux yeux des délinquants et les renvoyer dans des cercueils en France pour obtenir une meilleure sécurité en Ville de Genève, dixit le Shérif en place, qui ose dire publiquement que politiquement le MCG est au centre, alors là moi je n’ai rien compris, ou alors, au risque de passer pour un irrévérencieux, je dirais que si le MGC est au centre, c’est que la politique va très mal, et qu’elle doit méchamment ressembler à un cul, tellement cette politique est brune, et tellement elle pue (…).
 
-       Le programme de l’UDC : Lutter contre l’islamisation fanatique de la Suisse avec des mesures architecturales, très efficace.
Renvoyer les criminels étrangers sans se pencher sur leur situation, projet qui passe les urnes et se fait démonter par la suite en commission car comme de nombreux projets UDC, il ne peut heureusement pas s’appliquer par nos accords internationaux et avec tous les pays avec lesquels nous n’avons pas d’accord de réadmission, idem pour les minarets, ou le prochain projet à toutes ses chances de gagner devant la cour Européenne des droits de l’homme.
Alarmer l’opinion sur une vague totalement fantasmée de futurs migrants d’Afrique du Nord, et dans le même temps voter contre toute mesure d’aide permettant à ces mêmes potentiels migrants de rester chez eux et développer des projets de proximité, très logique.
Proposer le non remboursement de l’IVG, et tenir des discours comparant l’Islam à la gangrène, propos d’Oscar Freisinger que même Jean-Marie le Pen n’ose pas approuver publiquement dans une émission de la télévision française (…).
 
-       Le programme de la Lega : Construire un mur de 3m de haut autour de la Suisse pour nous protéger des frontaliers et des migrants, je vais m’arrête là, tellement cette dernière idée est fantastique.
 
Merci à vous, chers amis xénophobes, surfeurs de la peur du lendemain, profiteurs de la crise économique et des angoisses qu’elle génère, promoteurs de la haine raciale, avec de tels programmes et propositions tellement concrètes d’améliorations sociales si fondamentales, en ramassant quelque exemples pour en faire autant de généralités, les Suisses peuvent continuer de vous suivre et être assurés d’une chose claire, nous allons droit dans le mur.
 
Vous pourriez pensez que l’on s’égare du sujet, mais non mes amis, c’est LE sujet suisse, LE sujet qui nous fait perdre depuis trop d’années, LE sujet sur lequel il convient de travailler pour amorcer des reconquêtes sociales et regagner nos libertés.
 
Le drame, dans une période de crise, est que l’on peut facilement attribuer tous les maux de la société à de multiples boucs émissaires, qui souvent sont les plus faibles d’entre nous. On peut dire par exemple qu’une majorité d’étrangers peuplent nos prisons, mais on peut aussi dire que les passages à l’acte sont liés à l’état de paupérisation des personnes sans avenir, et qu’entre suisses et étrangers en situation de précarité, il n’y a proportionnellement pas plus de criminels étrangers. Et que statistiquement la Suisse n’est pas du tout en train de sombrer dans la violence, mais elle est relativement stable ces 20 dernières années. C’est effectivement ce qui est juste, mais c’est moins vendeur pour nos chers xénophobes, car lutter contre la délinquance rimerait alors avec la mise en œuvre d’une politique visant plus de justice sociale, l’égalité des chances, et aider les plus pauvres d’entres nous.
Ainsi, ce sont les plus malhonnêtes qui progressent dans les urnes. Alors informons nos concitoyens de la grande arnaque de la droite xénophobe qui prétend les défendre, et du hold-up sans précédent organisé par la droite bourgeoise.
Quant il n’y a plus rien à démanteler, on vient tondre les plus démunis et la classe moyenne, nous sommes les plus nombreux, et cela permet à la petite poignée de gens appartenant aux classes archi dominantes de continuer de nous écraser, il est temps de leur dire Stop !
 
Ne laissons plus le terrain occupé par la droite xénophobe, des mois de palabres pour 4 minarets, des mois de palabres pour des criminels étrangers, et deux objets qui malgré leur acceptation populaire, vont passer à la trappe et être totalement dilués en commission, tellement ils sont irréalisables, et c’est très bien ainsi. Pendant ce temps là, personne n’a proposé d’autre débats, constructifs, personne n’a osé provoquer clairement la droite bourgeoise avec un projet osé et révolutionnaire, personne n’a pris les devants pour inverser la tendance, et ce sur l’autel du consensus mollasson, il faut que ça change.
 
Les ouvriers, qui produisent réellement quelque chose, sont les véritables moteurs de l’économie, et ils sont hors du contexte virtuel du boursicotage, du stock option et des parachutes dorés.
 
Mais revenons à nos 20'000 expulsés de la caisse de chômage.
 
La révision de l’assurance chômage de 2003 tenait compte de 100'000 chômeurs en Suisse, en début 2010 il y en avait 130’000, le déficit structurel de l’assurance chômage se montait alors à 1 milliard de francs par année. Même s’ils sont discutables, ne chipotons pas sur ces chiffres officiels. Nous affirmons haut et fort que l’assurance chômage ne doit pas générer de dettes, et qu’il convient d’apporter des solutions pour en assurer sa pérennité sur le long terme.
 
Toute la question ne réside donc pas dans la contestation d’un déficit existant, mais bien dans la forme des mesures que l’on va prendre pour garantir la pérennité de l’assurance chômage dans notre pays.
 
Face à ce problème, le 19 mars 2010 le Parlement fédéral a voté un paquet de mesures pour économiser 622 millions sur les dos des chômeurs en expulsant 20'000 personnes de cette assurance, soit plus de 16% des ayants droit, et faire 646 millions de recettes supplémentaires par une augmentation du taux de cotisation qui passe de 2 à 2,2%.
 
Non remboursement des lunettes médicales, payement des repas en cas d’hospitalisation, suppression planifiée de plus de 4000 rentes AI, privatisation rampante de la santé publique avec l’achat de prestations aux établissement de soins dès le 1er janvier 2012, expulsion de 20'000 personnes de l’assurance chômage, et dans le même temps augmentation constante et linéaire de l’écart entre petits et grands salaires, forfaits fiscaux pour les millionnaires (et j’espère que Genève accueillera chaleureusement l’initiative fédérale pour leur suppression, initiative fédérale de La Gauche, mouvement unitaire des forces alternatives en Suisse), notons aussi le versement prévu de plus de 20 milliards d’argent public au FMI pour soutenir le trou sans fond que constituent les banques de l’UE.
 
Que pouvons-nous faire contre le démantèlement du filet social de notre pays et contre les inégalités de traitements grandissants entre les plus pauvres et les plus riches ?
 
Il faut informer, à nous de nous battre de plus belle, ensemble, non pas pour mettre quelques pansements sur une jambe de bois, mais pour faire triompher à nouveau la justice sociale en Suisse, avec des messages volontaristes, clairs, écosocialistes, anticapitalistes et féministes, pour aller de l’avant.
 
Les personnes du centre mou de toute la gauche gouvernementale qui impriment à nos deux grands partis frères leur force d’inertie, doivent se réveiller, ou rejoindre illico les rangs du PDC ou du parti radical, laissant ainsi celles et ceux qui veulent faire avancer la gauche unitaire en Suisse travailler de manière claire et déterminée, loin des combines et autres arrangements douteux. Nous somme réunis ici à Genève pour dénoncer une politique qui ne combat pas le chômage, mais une politique qui s’en prend aux plus faibles, aux jeunes, aux familles, aux artistes, au chômeurs âgés et à tous les travailleurs qui dépendent d’emplois précaires à durée déterminée, et qui sont en majorité des femmes, pour permettre à une poignée d’ultra riches de le devenir encore plus, c’est inadmissible !!
 
Prenons nous en main, et donnons nous la main, tissons des liens entre nous, créons des ponts, bannissons les guerres de clocher, regardons nos différences comme autant de richesses, et marchons ensemble pour la fondation d’une gauche unitaire et forte dans notre pays, en conservant nos appartenances et entités propres, mais avançons ensemble sur une plateforme unitaire pour dire Stop à l’avancée des inégalités sociales, et faisons triompher l’amitié et la solidarité entre nous, pour la faire rayonner ensuite dans notre pays, maintenant !!
 
Pour terminer, je vous présente l’oratrice suivante, mon amie Chantal Gasser, membre de La Gauche Genève, et qui a voulu et mis une énergie terrible pour que cette manifestation puisse se faire, passé par des moments de doutes, et est aujourd’hui surprise en bien de voir autant de monde rassemblé sur cette place. Voilà, je vous ai donné le mot national de La Gauche, je remercie chaleureusement les syndicats et partis très engagés dans cette manifestation et son organisation, sans qui nous serions bien moins nombreux aujourd’hui rassemblés sur cette place, et je nous souhaite à toutes et tous de pouvoir encore collaborer longtemps, et efficacement, pour le rétablissement d’une justice sociale agressée sauvagement de toutes part dans notre pays.
 
Merci !!
 
Frédéric Charpié – Secrétaire national de « La Gauche - Alternative Linke - La Sinistra »
 
 
Discours prononcé à Genève le 02.04.2011, manifestation nationale contre l’entrée en vigueur le 1er avril 2011 de la révision sur l’assurance chômage votée au parlement Suisse le 19 mars 2010.  Seules les paroles prononcées sur place font foi.

Date de création : 02/04/2011 @ 22:30
Dernière modification : 02/04/2011 @ 22:30
Catégorie : Papiers de contribution


Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Agenda La Gauche
Zone Membre

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 22 membres


Connectés :

( personne )
Groupe Facebook
Sondage
La Gauche BEJUNE organise son propre 1er Mai cette année, car nous ne voulons pas aller applaudir le Conseiller fédéral Alain Berset, et ne voulons pas plus aller perturber la manifestation officielle, préférant faire une autre manifestation, pensez-vous que c'est une bonne idée?
 
Oui
Plutôt favorable
Plutôt défavorable
Non
Résultats
Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

^ Haut ^