Site National

Section BEJUNE

Fermer La section

Fermer Programme politique

Fermer Adhésion

Fermer Communiqués

Fermer Elections fédérales

Fermer Initiative Fédérale

Fermer Livre "La nouvelle GauCHe"

Fermer Votations fédérales

Dossiers

Fermer Medias

Fermer Papiers de contribution

Fermer Communiqués

Fermer Pétitions

La gauche combative


POP NE


solidaritéS NE

 
POP JU

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
10 Abonnés
Communiqués - Aide sociale dans le canton de Berne, la ligne rouge est déjà franchie !

Aide sociale dans le canton de Berne, la ligne rouge est déjà franchie !

 

 

 

Laisser la droite assumer

 

La récente position du Conseil exécutif bernois mentionne la «ligne rouge» à ne pas dépasser en matière d’économies de l’aide sociale, une ligne déjà franchie. Après le « phénoménal Alain Berset », on se demande quels sont les bénéfices pour la gauche de participer soit à des gouvernements de droite au niveau fédéral, soit à des gouvernements de gauche avec des parlements cantonaux de droite, sinon de contribuer à faire passer des projets inadmissibles et occuper des sièges. Une politique d’opposition laisserait assumer à la droite ses décisions et permettrait une prise de conscience sur ses capacités de nuisance. Une droite qui dans le meilleur des cas pratique une politique de privatisation et de démantèlement social, et au pire y ajoute la stigmatisation des étrangers et des bénéficiaires de l’aide sociale.

 

La motion Studer, un déni de réalité

 

La motion de l’UDC Ueli Studer demande une diminution de 10% de l’aide sociale par rapport aux normes fixées par la Conférence suisse des institutions d’action sociale (CSIAS), visant ainsi une économie de 22 millions par année dans le canton de Berne. Mais ce nouveau paquet de mesures d’économies intervient au moment ou nous devrions réfléchir à renforcer des mesures d’insertion et de soutien permettant aux bénéficiaires de l’aide sociale de quitter l’aide sociale et de s’en sortir. Il faudrait aussi se poser des questions sur la contraction de la dette sociale pour les bénéficiaires, car devoir rembourser sa dette maintient des bénéficiaires dans un cercle ou quitter l’aide sociale diminue leur revenu, jolie stimulation pour s’en sortir !

 

Souffrances inutiles et facture salée

 

A terme, ces diminutions de prestations auront pour conséquence la paupérisation accrue d’une population qui n’arrive déjà souvent plus à joindre les deux bouts. Ceci provoquera encore plus de dégâts psychiques et physiques nécessitant des hospitalisations supplémentaires, une contraction de dettes privées en augmentation, mais aussi des passages à l’acte pour des délits mineurs, voir majeurs avec un exemple récent vécu aux services sociaux de la commune de Tavannes. Et qui va payer tout ça ? Les citoyens bernois. Une politique responsable doit se soucier des conséquences de ses actes, prendre la juste mesure du terrain pour agir, et aussi de tenir compte de réalités qui dépassent de loin un besoin immédiat de se faire mousser en pesant sur le bouton de la désignation de boucs émissaires.

 

La paix sociale menacée

 

Aujourd’hui, les travailleurs sociaux se barricadent derrière des vitres blindées et/ou sont encouragés à déposer plainte contre celles et ceux qu’ils sont censés aider en cas de débordement. Alors il est temps de bien mesurer combien la droite bernoise est prête à dépenser pour garantir encore la paix sociale dans le canton, et aussi de bien calculer à terme le juste prix de sa bêtise. Les raccourcis populistes pris par l’UDC bernoise ne reposent sur rien de concret, extirpant ça et là quelques faits divers, ils servent tout au plus à maintenir dans l’ignorance une partie de la population qui pense malheureusement encore que bénéficiaire de l’aide sociale rime avec «profiteur» et/ou « fainéant », et être à l’abri absolu de devoir un jour demander aussi de l’aide. Enfin, j’invite ces députés déconnectés de la réalité à venir appliquer leurs mesures sur le terrain, car il est un peu facile de laisser les travailleurs sociaux jouer les fusibles à leur place.

 

                                                                                                                                                                              

 

Frédéric Charpié – Co/Secrétaire national


Date de création : 08/05/2015 @ 19:47
Dernière modification : 08/05/2015 @ 19:47
Catégorie : Communiqués


Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Agenda La Gauche
Zone Membre

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 22 membres


Connectés :

( personne )
Groupe Facebook
Sondage
La Gauche BEJUNE organise son propre 1er Mai cette année, car nous ne voulons pas aller applaudir le Conseiller fédéral Alain Berset, et ne voulons pas plus aller perturber la manifestation officielle, préférant faire une autre manifestation, pensez-vous que c'est une bonne idée?
 
Oui
Plutôt favorable
Plutôt défavorable
Non
Résultats
Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

^ Haut ^